Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous voir et nous entendre

Publié le

   Un CD est sorti à l'occasion des concerts donnés lors du bicentaire de la naissance de Diderot (natif de Langres).Il s'agit d'un enregistrement public du 5 octobre 2013, à la cathédrale de Langres.

 Dans ce CD, l'ensemble vocal, sous la direction de Terry McNamara et avec l'ensemble instrumental Les Violons du Roy, donne à entendre la musique de François Pétouille (1681 - 1730), qui fut un temps maître de musique à Langres, celle de Michel Pignolet de Montéclair (1667 - 1737), natif d'Andelot, et de Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville (1711 - 1772).

On peut acquérir ce CD:

Auprès de l'ensemble vocal, notamment lors des concerts

Au Centre Leclec de Saints-Geosmes

A la librairie Le Pythagore (rue de Verdun à Chaumont)

A l'Office du tourisme de Langres

A la Maison des Lumières de Langres

A l'atelier de tapisserie Crapauds et Confidents, 42 bd de Lattre à Langres 

Voici quelques enregistrements effectués en "live", pendant nos concerts; ce sont des enregistrements d'amateur avec les défauts que cela peut comporter, notamment pour le rendu des architectures sonores. Puissent-ils simplement vous donner une idée de notre travail et vous faire sentir notre grande joie de chanter.
Vous écouterez ces morceaux en format MP3, le seul utilisable pour notre type de site; il faut savoir que dans tous les cas, ce format, qui compresse les données, implique une perte de qualité.
Ces morceaux se trouvent aussi sur d'autres pages du site, signalés de la même façon que ci-dessous; il suffit de cliquer sur le titre pour les entendre, après un petit temps de chargement. Si l'apparition d'une fenêtre correspondant au lecteur de media est gênante, il suffit de réduire cette fenêtre en cliquant sur le bouton adéquat (-)
Kyrie, Messe Salve Regina, Bournonville Kyrie, Messe Salve Regina, Bournonville

Saint quirin 4Enregistré en l'église de Saint Quirin (Moselle) en mai 2006, Concert France Nouvelle France

L'auteur, Valentin de BOURNONVILLE (1610-1663): sans doute éduqué au choeur de la cathédrale d'Amiens, devenu prêtre, en prend la direction en 1631. En 1646, il est à Paris et en 1653, à Chartres, à Paris à nouveau en 1662.
La totalité de son oeuvre était considérée comme perdue jusqu'à la découverte d'une messe dans un volume des années 1640, dans les collections du Petit Séminaire de Québec, au Canada
Les histoires de partitions perdues sont passionnantes: en ce qui concerne l'oeuvre de Bournonville consulter
ce site
Il nous renseigne notamment sur l'importance de la musique française au Canada, du temps qu'il était la "Nouvelle France" et sur un certain nombre de manuscrits retrouvés là-bas.

Agnus Dei, Messe Ad majorem Dei gloriam, Campra Agnus Dei, Messe Ad majorem Dei gloriam, Campra

496px-André-CampraMontéclair Neuilly sur suizeEnregistré en l'église de Neuilly-sur-Suize (Haute-Marne) en mai 2006, Concert France Nouvelle France

André CAMPRA, fils d'un chirurgien violoniste italien, étudia à la maîtrise d'Aix en Provence. En 1700 il entra à l'Académie royale de musique ( le futur Opéra), et en 1722, il devint maître de chapelle à Versailles. Sa musique fut très présente en Nouvelle France.

The Ways of Zion do mourn, Haendel The Ways of Zion do mourn, Haendel

Enregistré en l'église de Châteauvillain (Haute-Marne) en octobre 2009

reine-carolinePoint n'est besoin de présenter HAENDEL. C'est l'un de nos chouchous puisqu' en 2003 nous avons chanté Le Messie (1742), et, en 2005, des choeurs d'un charmant opéra-masque intitulé Acis et Galatée (1718)
The Ways of Zion do mourn (1737) : cette magnifique ode funèbre a été composée par Haendel pour la Reine Caroline, qui avait été pour le musicien une protectrice et une 170px-Georg_Friedrich_Handel.jpgamie.Celle-ci venait de mourir d'une hernie mal soignée.
Cette ode est bien plus qu'une oeuvre de circonstance; pleine d'émotion, elle est empreinte du chagrin personnel de Haendel. Le choeur fugué que nous chantons ici ( "She put on righteousness") exalte les vertus de la reine: " La justice lui servait de vêtement, sa droiture était un manteau et une couronne"
Haendel avait une puissance de travail phénoménale: chargé le 7 décembre d'écrire une ode pour les obsèques de la reine, il l'acheva le 12 décembre. La cérémonie eut lieu  le 17 décembre et fut suivie par une foule immense; l'ode fut exécutée par 80 choristes et 100 instrumentistes, qui avaient donc appris l'oeuvre en 5 jours.

Gratias agimus tibi, Messe en si, J.S. Bach Gratias agimus tibi, Messe en si, J.S. Bach

Messe en Si, Langres, 23 09 06Enregistré en l'église Notre Dame du Rosaire à Chaumont (Haute-Marne)250px-JSBach.jpg en mars 2007

Pas plus que Haendel il n'est besoin de présenter J.S. BACH. Sa musique subit pourtant une longue éclipse après sa mort (1750) et c'est Mendelssohn, successeur de Bach à l'église Saint Thomas de Leipzig, qui la sortit de l'oubli en faisant rejouer, en 1829, la Passion selon saint Matthieu. La première exécution intégrale de la Messe en si remonte sans doute à 1859. Bach ne l'entendit jamais intégralement de son vivant. Quant à sa composition, elle s'étala sur environ 25 ans!
Le morceau chanté ici est une fugue à 4 voix faisant partie du Gloria: "Nous te rendons grâce pour ton immense gloire". Bach reprend cette musique à la fin de la Messe, sur les paroles du Dona nobis pacem.

 

Commenter cet article